Pendant le weekend

1680 Mardi 19 Janvier 2021

 

 

 

passer la journée à recenser les noms propres et les noms de lieux et les films cités et les maisons de production – en pure perte – p 137 – pendant ce temps-là mourait Jean-Pierre Bacri (on ne le connaissait pas personnellement mais ça avait l’air d’être un brave type – la mort ne connaît jamais trop personnellement les gens qu’elle fauche, elle s’accomplit) – je t’ai conduite chez le médecin, en revenant on s’affairait au mur

une suite de clichés

(si on veut rendre beau le truc, y’a du boulot)

(le livre de Raoul – sur lui – Lévy – écrit par un rédak-chef de paris match elle ou marie-claire – est arrivé)

souvent la mob aime à se jeter dans le cadre

en orange les servants du mur mauve posent des graffitiscovid 19 (nous n’avons même pas l’imagination d’intituler la chose, il faut que tous (et toutes soyons charitables) nous la nommions de cette espèce de faux acronyme, tantôt est-elle au masculin, parfois au féminin, des spots publicitaires à vomir embouteillent les ondes (il y en a d’autres pour les voitures, soyons justes : la publicité (cette galle abjecte) mise en place par mon chou (qu’est-ce qu’il devient, ce moitié galeux tiens ?) – il faut vivre avec son temps – et amplifiée par la nouvelle honorée de l’ordre national du mérite (services rendus, en effet) – je coupe le poste – la chaîne la bien nommée –

un mail me fait souvenir que voilà vingt ans, en juillet, j’interrogeai les spectateurs des films rétrospectifs du festival des trois continents (hello Jcqs) (Le Coureur, Amir Naderi, Iran 1985 – primé d’ailleurs – un bien beau film sur l’enfance) (je pensais que c’était lors de l’intégrale de Berlin Alexander Platz (Rainer Werner Fassbinder, 1980) un feuilleton télé, fin de siècle – un peu avant donc) (vingt ans, la chanson de Léo reprise par Julien Clerc)

mais par bonheur, la mémoire n’est pas exacte – on a des surprises – retrouvé cet exemplaire

écrit par un (ex sans doute) rédakteur des cahiers du cinéma

(titre racheté par DF dans les années 60, puis revendu – aujourd’hui, c’est une affaire changée (je ne l’ai pas lu, je parle sans savoir) en eau de boudin façon so quelque chose ou première ou du genre de ce type d’organes) – je tiens bon, je m’exerce, des larmes sans doute mais c’est qu’le vent  (on fera – j’ai posé les images sur le bureau – un flash-back sur ce mur assez plaisant de la rue de Ménilmontant) (une expo de Willy Ronis (un habitué de plwe) (liens propres) dans ce lieu un jour )

Share

2 Comments

    vivre avec son temps… on peut essayer de le traverser en ignorant, sauf pour l’indispensable, ce qu’il a de laid et de futile (le notre en avait sa part aussi)

  • J’aurais envie d’apporter ma contribution avec une inscription encadrée :

    À CONTEMPLER AVANT 18 HEURES ET APRÈS 6 HEURES DU MATIN. 🙂

Laisser un commentaire