Pendant le weekend

1781 Mercredi 28 Avril 2021

 

 

 

panique à bord : on a recherché les factures de 2019 ainsi que les relevés bancaires – il n’y a plus rien… chercher chercher… dans le coktail molotov, disait Léo, il faut mettre du martini mon petit – j’entends bien qu’en une vingtaine d’années, ces gouvernements ont fait adopter voter (quel joli mot) (tellement inutile) (comme s’il voulait dire quelque chose) une vingtaine de lois contre je ne sais plus quoi (la classe, la députation et la chambre haute, ces merveilles semblables à la pairie et à la nation – fait doux hein)

vers six et demie avant de me rendre compte que plus rien ne s’affichait – après on a déjà donné, on attend un peu – on éteint on rallume – on réfléchit – on se souvient – on repense à Médrano pour la maison[s]témoin  et puis on oublie – on se dit qu’il est bien tard

l’urssaf au 20, la cotisation foncière des entreprises, les chèques, les timbres sur les enveloppes, la boite aux lettres – un livre d’Elio Vittorini (Conversation en Sicile) un autre de Gabrielle Roy (je ne sais plus…) plus (pour cinq euros, ai-je eu tort ?) la bio du Gaston Sébastien Bottin G. (tu sais bien, celui qui a escroqué Schiffrin et sa pléiade) (j’aime assez savoir que ce type-là est né à Bakou, va savoir pourquoi) – fuck off et GG et son biographe – j’ai fauté, tant pis pour moi – à la suite des entretiens de l’Adler pour son travail sur Margot,  j’ai commencé par « il est des choses qui resteront à jamais splendides » – sans doute existe-t-il autant de débuts que de livres (hein) –  inutile d’exercer son sens critique, il fait moins froid le matin…

probablement l’avant dernier compte rendu en image du prunus – et ces derniers œillets dédiés aux Portugais (et aux Portugaise,certes)  (s’ils ne sont pas au point, c’est que j’ai oublié d’ôter le zoom de la première image de ce billet désespéré)

 

Share

4 Comments

    j’imagine ! là crise de tétanie…

  • Le prunus a accompli son cycle (le père Gallimard aussi, auquel il faut rendre hommage (malgré ses turpitudes « occupées ») pour tous ceux qu’il a édités – notamment quelques surréalistes. 🙂

  • J’aime beaucoup le petit côté warholien dont le flou nimbe vos oeillets https://www.moma.org/collection/works/71491

  • @brigitte celerier : merci de partager…
    @Dominique Hasselmann : sans oublier un homme de (sales) affaires
    @L’employée aux écritures : content que ça vous plaise, Employée
    Merci à vous

Laisser un commentaire