Pendant le weekend

1799 Samedi 15 Mai 2021

 

 

 

 

je m’aperçois que je n’ai pas payé mon loyer – j’en suis à moins quinze quand même – un appel téléphonique « les trois mille que vous devez, vous voulez les payer en  combien de fois ? » (des informations personnelles – des difficultés professionnelles – des ennuis pandémentiels) – il pleut un peu, on envisage de revenir à Babylone

non, là c’est en se promenant du côté de Saint-Vigor – chemin du tour du village – les amis du bourg voisin : « mais alors on n’a pas encore parlé politique…  » –  eh non (un peu de madame Autain quand même) – des huîtres de Blainville et du saint-véran – une merveille – c’est à cause de Scholastique Mukasonga (son livre édulcore probablement)

une des très rares images wtf-gsv du coin (c’est au Rwanda) – les collines, ainsi que la Yougoslavie, ces guerres-terreurs-là me sont passées pratiquement inaperçues (j’étais depuis peu père je m’occupais des enfants – j’ai tant aimé ça) – un tour en vélo, retrouver au grenier des tomettes rouges, continuer à lire

dans la première rue, à gauche, au troisième étage, les deux premières fenêtres – un cliché de 1855, probablement en ballon – sans encore de ligne numéro un Vincennes Neuilly – mais l’une des entrées du jardin est là, presque en face du débouché de la rue – sans nouvelles de monsieur C. –

un peu de bleu orillon (marque déposée à l’INPI, ainsi que celui du klein – je n’apprécie pas ce mec-là, tant pis) – souvenirs de Paris : la souche Corentin, ici il y a trois ans où elle n’était point souche, certes – à l’enseigne du roi Salomon… –

là il n’y a pas huit mois (dans l’état où je l’ai laissée,décembre vingt-vingt

on oublie, on y revient – des images du passé)

en dvd Pépé le Moko (Julien Duvivier, 1937) pas une ride, une merveille (Saturnin Fabre et son œilleton de fourgue, formidable) (et Fréhel qui pleure…)
La terre outragée (Michale Boganim, 2011) (une cinéaste ayant suivi les enseignements de Jean Rouch dit wiki) (montage défaillant, symbolisme un peu lourd – on sent la veine documentaire – sur la catastrophe de Tchernobyl du 26 avril 1986 – dommage)

pour finir la splendeur d’un soir

(gauche cadre, le cerisier du matin dont on a manqué la floraison)
Bon week-end

 

Share

5 Comments

    Les arcs-en-ciel (le mot « photométéores » est aussi joli !) font toujours un effet bœuf en photo : qui dira préférer être végan devant ce spectacle ?

    Bon retour et bonnes terrasses parisiennes (on se reverra à mon retour) ! 🙂

  • il pleut partout aujourd’hui… savez-vous
    le bleu peut être vu sans étiquette
    et pour le reste, navrance fraternelle

  • @brigitte celerier: ah non, j’ignorai (pour la pluie) – et pour le bleu, en effet…
    @Dominique Hasselmann : très joli, photométéores (pour l’effet, je te le laisse… en commentaire) Bonnes vacances à toi !

  • Je vous lis évoquer Fréhel et (hasard objectif ?) sur France Musique on raconte justement, pile au même instant, sa vie (quelle histoire ! (sa vie)). Vous pourrez la retrouver là si ça vous chante
    La pluie est universelle. Tenez bon.

  • @L’employée aux écritures : ah oui la vie de Fréhel (celle de Cosette à côté sent l’eau de rose hein…) (on tient bon, certes, mais on rentre demain) (merci)

Laisser un commentaire