Pendant le weekend

1826 Vendredi 11 Juin 2021

 

 

 

je n’ai aucun souvenir de l’heure à laquelle ça s’est produit – mais c’était il y a quatre fois dix-sept ans d’ici – « Bruxelles attends moi j’arrive » chantait le grand Jacques (ah non, c’était le grand Dick (Annegarn)) (non, mais ils aiment tous les deux cette ville, et moi aussi, et pas seulement parce qu’on y vend des frites un peu partout) (moi c’était à Tunis) – j’ai croisé celui-ci

toujours une tendresse un peu spéciale particulière distinguée pour ces objets abandonnés – il en est d’autres qui ne le sont pas : croisés ceux-ci aussi, en passant

une clé anglaise et un robinet un seau, de l’eau une touillette en bois recyclé certainement un caniveau et de la lumière – dissection/parapluie – hier j’ai marché, les muscles les tendons les fascias les veines tout se calcifie on perd sa vie à tenter de s’en déprendre – les gens sont tellement heureux ils (et elles) retrouvent leurs salles de sport, c’est tellement formidable (l’année dernière on n’en faisait pas un si gros plat, si ?) (j’ai oublié) – il faisait beau j’étais à la terrasse du 17

le garçon de café nous racontait comment il avait, après avoir ingéré un comprimé spécial – générique disait-il en clignant de l’oeil sous le masque (« non mais parce que la boite de huit c’est 120 euros alors que ceux-là c’est 25, et y’en a douze en plus » (rires entendus)) – il avait « gardé trois jours la gaule raide » : alors on se lâche (il était heureux de revoir des clients – nous aurions pu passer des journées entières sous ces arbres) (on les voit ici en octobre 17

ces temps-ci ravalement de façade de la mairie) (il y avait un message téléphonique inaudible, puis il y eut un mail : bah)

– j’ai marché encore (je me disais je vais aller vers le pont bleu, mais non) – je suis entré dans une librairie (je les évite, ces temps-ci, j’agonis le gel; elle a été refaite, pas mieux mais bien pire : on se croirait à Raspail Palais Royal ou Convention – librairie d’éditeur (wtf)) (je finis l’assouline, je finis le sureau je fatigue c’est trop long tu sais) j’y ai croisé ces deux-là (21 euros, écrit trop gros, il y a sans doute tromperie sur la marchandise)

(de gauche à droite Jorge S. et Yves M.) ce matin quand même dans le poste (le soleil se lève un peu avant ou après 5) la leçon inaugurale de ses cours au Collège de France (du 26 août dernier je crois) : Didier Fassin (déjà entendue mais toujours indispensable).

Share

4 Comments

    L’empreinte de Semprun est toujours là, les films auxquels il a participé auraient perdu sans lui.

    Le crayon bleu est joli : mais tout le monde n’en use hélas pas. 😉

  • goût partagé pour les objets de peu abandonnés
    goût aussi pour ces deux hommes qui ne sont pas de peu
    plaisir de votre eau (celle qui m’est venue et restera dans ma tête parce que ne veux céder ni ne peux avait des ronds aussi, mais les miens ne se précipitaient par sortir ils couraient à la surface)

  • @Dominique Hasselmann : beaucoup aimé (aussi) (hors ses scénarios) son « L’écriture ou la vie » – magnifique

  • @brigitte celerier : (merci pour l’eau – venez de temps à autre,qu’est-ce que ça peut faire ?) (et merci pour tout, à vous)

Laisser un commentaire