Pendant le weekend

Vingt huit dix quinze

 

hier soir c’était cinéma (parfois on se plante parfois c’est magique) pour cet « homme irrationnel » de Woody Allen (plutôt première catégorie si on peut se permettre ce genre de réduction-mais je crois que j’aime pas ce Joaquim Phoenix) (chacun fait ce qu’il veut). Il y avait eu l’après midi une réu R NU, le matin des atermoiements quant à l’ouverture fermeture réouverture fermeture enfin on passe on avance et on pense à autre chose (la saisie par exemple, pfff).

l'homme irrationnel

(il fut un temps où je prenais des photos au cinéma : un jour, un sale type (la séance : « Senso » (Luchino Visconti, 1954) au cinéma de la rue des Archives -change de nom trop fréquemment pour que je parvienne à suivre) un sale type donc m’a fait une réflexion du genre « vous emmerdez le monde avec votre téléphone » et ça m’a refroidi) (tu vois comme je suis influençable, hein) (à l’image un jour du journal écrit à la main tous les jours dans un cahier à couverture bleue) (spécial dédicace à L’aiR Nu)

mardi 27 octobre

Share

1 Comment

    Ce Woody Allen doit être pas mal, je crois.

    Quant à l’aiR Nu, il va bientôt falloir te couvrir (malgré le réchauffement climatique, particulièrement éclatant mardi dernier).

Laisser un commentaire