Pendant le weekend

Onze quatre quarante deux an II

 

 

L’Employée aux écritures, désormais vivant dans le 5, emprunte la rue Flatters (parfois) (du nom d’un lieutenant-colonel mort dans les colonies, alors qu’il défendait la réalisation d’une voie de chemin de fer) (quelle égide) où séjournait, dans ses toutes premières années Nathalie Sarraute (1900-1999) au trois de ladite rue

je n’y fus point (je sais cependant qu’elle jouxte le Val-de-Grâce, hôpital militaire s’il en est) mais je décèle que le 3 a été réuni au 5 (uni simplement aurait suffit, je suppose, mais on n’accède plus au trois, on a conservé la marquise comme on voit (je fais un zoom pour les bigleux) (dont je suis, rassures-toi)

l’entrée du 3 est donc condamnée, mais dans la photo précédente on discerne quand même que les appartements du 3 devaient être assez petits. On s’en va, il y a là un indigène qui, laissant son caddy de courses, coiffant sa casquette, chaussant ses basketts – on sent l’été quand même un peu – image de juin 2016 dit le robot –  consulte sans doute ses mails

ou peut-être pas… On s’en va.

Plus tard, il y avait ce type à la fenêtre de l’hôtel

le point de vue qu’il a c’est sur la Défense et peut-être la grande roue (il est là dans un établissement où la moindre chambre se négocie à 350 – qui fait partie des hôtels Modiano vu que c’est là que l' »accident nocturne » (folio 4184) se déroule, juste en bas)

il rentre, je sors du six huit, je vais voir TNPPI qui me dit des mots incompréhensibles, son regard suffit, je l’embrasse, je pars

 

 

Share

5 Comments

    un des quartiers les plus chers de Paris dit l’ancienne gérante immobilière (moins que le 6ème tout de même), bien aimable pourtant

  • Ah les hôtels et la littérature : on peut dire que vous vous y connaissez. Merci pour le supplément images !

  • La marquise sortit… à trois heures !

    @msonnet

  • @Dominique : la marquise sortit à trois heures… du trois !

  • @Dominique Hasselmann (et L’Employée aux écritures, par le fait) : l’incipit d’un des livres de Jean-Bernard Pouy (dont on connaît par ailleurs l’extrême finesse de ton et d’humour) fait comme ça « Je sortis de la marquise à cinq heures » (« La belle de Fontenay » peut-être bien (Folio noir 1999)
    @brigetoun (et aux autres) : merci du passage.

Laisser un commentaire