Pendant le weekend

1367 Jeudi 12 Mars

 

 

 

fait doux -les forsythias sont fleuris – le mois de mars sans giboulée on n’y croit pas, on n’y croit plus – le logiciel de saisie déconne à plein tube (on dirait donald ou clint) (sans majuscule j’en ai marre) mais on fait avancer le bazar quand même (à ce sujet (je veux dire le bazar) formidable comme les gens ne répondent pas aux mails, comment dire à ce point, c’est presque un honneur : on ne peut qu’applaudir à de tels actions – aucun bruit, aucune réplique, aucun argument : tu te démerdes bien, ça va? oui ? tant mieux) (bonjour chez toi) ça n’importe pas , il y avait la lune hier par là

on suspend son vol de temps à autre – c’est pas facile tous les jours – on s’en fout, on marche dans les rues, sans lumière et sans photo mais on marche encore – hier au café les chinois qui le tiennent ont tendu entre le bar et les clients un film en plastique tel un masque transparent – charbonnier est maître chez soi, certes – il fait beau il fait doux mais il pleut sur la ville comme sur mon cœur : ici avec des lunettes et des cheveux bouclés dans le L627 de Tatav (1992)

là avec Isabelle Sandoyan dans sa mise en scène de « Conversation avec ma mère »

et puis encore une autre

(elle aussi on l’adore, on l’a perdue aussi, en 2017) (on aimait aussi son mari Jean Bouise qui s’est tiré bien plus tôt lui – en 1989, il avait 60 ans) allez, salut l’artiste – Didier Bezace, cette présence…

Par ailleurs on signale à l’attention du lectorat une série de documentaires audio (radio france q certes – intitulé tellement frelaté et merdique mais tant pis : il faut faire jeune et revenu de tout, pfff) cette semaine sur l’avortement – où on comprend l’état de déliquescence dans lequel se trouve et l’hôpital et l’État qui veut le vendre au privé et aux assurances (4 émissions d’une heure chacune)(on comprend aussi la crise de ces jours-ci : le cintré qui va en parler, mais on a depuis longtemps jeté la télé dans la rue) (fuck off) (on conseille peu cette chaîne de radio du fait de sa pédégère talons hauts idées idiotes en droite ligne de celles de son hypocrite copain de karaoké (dont on parlait plus haut) mais tant pis) on en profite pour poser une photo de Simone Weil qui défendait sa loi au Sénat en 1974 (elle en raconte les tenants et aboutissants – un peu – dans son autobio « Une vie » au livre de poche probablement) (et un petit bisou, de loin, à Marceline par le fait)


Share

2 Comments

    Heureusement qu’il existe encore des radios comme France Inter ou France Musique ou France Culture (la longue grève à Radio France a montré qui étaient ceux qui y travaillent).

    Peu importent alors les hauts talons (Louboutin ?) d’une telle ou une autre telle !

    Je m’abstiens de citer d’autres stations… privées, elles, de la moindre ambition, ravagées par la pub et la démagogie et les tirades permanentes de petits coqs tendance extrême droite. 😉

  • oui et malgré tout ce que depuis des années on fait souffrir à l’hôpital c’est tout de même (l’ai vérifié en comparant avec les cliniques chics qui ont soigné/tué mes parents) le recours indispensables – et où on est malgré stress, peintures vieilles (ici) et tout l’endroit qui maintient attention humaine…
    Les services publics (et oui Radio France c’en est un) notre seule richesse
    Une raison de plus de détester les liquidateurs.

    Pour la télé suis prudente, aurais pas la force de la jeter dans la rue, alors n’en ai jamais fait rentrer une chez moi (bon à cause d’internet j’ai cédé un peu à la marge)

Laisser un commentaire