Pendant le weekend

1451 samedi 30 mai 2020

 

 

 

un work in progress rural (WIP ou (Travail en cours) TEC rural) pour se détendre (hier, dans l’autre journal, la terreur de la mise à mort de ce lundi à Minneapolis qui remémore les moments de l’assassinat de Martin Luther King (un 4 avril 1968) et les émeutes et la colère et l’incendie) – sans compter les suites de cette maladie – ni le reste des horreurs du monde (ni surtout la folie intégrale du peroxydé qui va tout droit à la guerre) – sans compter les développements professionnels divers (no comment) et pour se détendre, les foins (première image après coup) les foins donc (le cerisier, les chaises, l’arbre rouge en invité.e.s surprise)

il faut à l’arrière plan porter le regard : le champ où poussèrent nombreuses des plantes qu’un indigène identifierait (pour moi ce seront des foins) – à un moment

on coupe (on tond, on fauche) (à la machine) – au premier plan un rescapé donne une idée de la taille des plantes – on demandera pour prendre repère de s’attacher à l’ombre en bas du cadre à gauche (comme elle porte vers l’opérateur, elle indique le matin assez tôt – vers 8) : il s’agit d’un pommier qu’on a étêté encombré de gui qu’il était (on dispose ici d’une image de l’arbre embarrassé sous un autre angle qu’on posera peut-être) (ce repère n’était pas prévu à la prise des vues ici recensées) – on coupe donc

(panoramique de droite à gauche 45°) au milieu du champ, une étable – à côté sur la gauche du petit bâtiment un volatile (pigeon ramier je crois) les pommiers (trois ou quatre), plus extrême-droite cadre : le tronc du pommier traité et soigné (tout cela bucolique à souhait) – on remarquera que les différents foins sont assez alignés cependant  – il s’agit d’une étape intermédiaire – je n’ai pas saisi celle où les fanes ne sont que coupées au sol dans un désordre dantesque mais agricole (c’est que ce WIP ou TEC est en réponse (informelle) à un autre billet)

un nouveau passage rassemble encore les constituants de la moisson (gauche cadre en bas : le tronc du pommier) (l’autre billet montre un land-art de bel effet, chez le Chasse-Clou, voyez ici )

(re-pano semblable) l’ombre portée des pommiers indique midi, l’affaire est presque faite

passera le tracteur suivi de sa remorque de mise en forme des meules (un exemplaire extrême-droite cadre) : plein cadre (pratiquement) le pommier traité dont on reconnait la naissance de petites pousses

le bruit, la fureur, la mécanisation, la combustion les engrenages l’odeur gasoilée, la poussière, les minuscules résidus dans le vent chaud passés (barbelé, pommier, étable,meules – premier plan : fane vaincue)

sauf qu’ici on ne recouvrira pas ces ronds et futurs aliments pour bovins (je suppose) d’un film pétrolifère et brillant

Fin de partie (vers quinze heures trente, ce vendredi).
Bon week-end.

 

 

Share

4 Comments

    un très grand oloé (ai lu cette nuit le vôtre en conclusion du livre d’Anne Savelli)

  • Merci pour le lien : j’ai pensé aussi à une nouvelle « installation » en attente d’emballage.
    La campagne, il est bon d’en faire tout un foin ! 🙂

  • Cette campagne, qui ressemble furieusement à celle que j’ai longtemps pratiquée à l’extrême sud du même département, j’aime bien la revisiter par vos yeux. Merci.

  • @l’employée aux écritures : oui,enfin limitrophe hein – welcome – merci du passage (des images d’une meule de plus près bientôt… :°))
    @ Dominique Hasselmann: foin de ces artisteries !!!
    @brigitte celerier : en vrai,il vaut mieux ne pas rester aux abords des machines

Laisser un commentaire