Pendant le weekend

demain

 

 

il y avait cette chanson qui faisait « mon pays va mal » – il y avait des bruits de maladies endémiques – une rentrée sous haute surveillance (on surveille, on punit, ça va sans dire) – j’ai aimé cette histoire d’hier avec le bijoutier horloger joaillier de la rue du Buisson mais sa porte était close – tant pis – l’année dernière à cette époque on passait à Milan

image robotique certes – le mètre carré à sept mille si je me souviens bien (je suis allé regarder comme je suis allé regarder le prix d’une croisière – il y avait plus de membres d’équipage que de je ne sais pas comment ils s’appellent, Bora Bora – à partir de cinq mille – non mais ça va sinon – on ne va pas commencer à parler d’argent –

le ballet continue (j’ai fini la 10)

j’ai trouvé ces images quelque part – images du Chili  – il n’y a pas qu’ici que l’ordre est imposé, et règne par la force –  j’ai dans la poche de ma chemise un max, toujours prêt – je n’ai encore jamais mis de gel – je m’y oppose je résiste je me lave les mains huit à dix fois par jour – dont cinq ou six pour la vaisselle

(un stade à Guyaquil, en Équateur, due à Eduardo Lopez – je ne le connais pas non plus, non) (probablement de base-ball) (je ne connais pas les règles de ce sport non plus,non) (je survis) – je ne vais pas commencer à tousser (rien ne vient du côté du travail) (rien ne vient sauf l’espoir)

Share

1 Comment

    se laver les mains est de toutes façons préférable

Laisser un commentaire