Pendant le weekend

1689 Mercredi 27 Janvier 2021

 

 

 

pendant que je lisais (et me félicitais de ne pas entendre de telles insanités sur radio paris – le lien est dans le billet) ce billet  (je suis pourtant fort loin de l’université mais hier ça manifestait eduknat et l’ordure reste droite, dans ses bottes comme disait le meilleur d’entre eux) le café passait – le lever tôt la lecture « en lisant en écrivant » la recherche d’images

ici une vue d’Engelbert où l’immonde alla se remarier années soixante – il y avait une année où j’avais tenté d’expliciter les apparitions de mon grand-père et de son frère, je me souviens, c’est parti – j’essaye simplement de survivre (hier, l’intervention s’est bien passée, ça a été une espèce de soulagement bien que la pression n’ait été exercée que par la perception de l’angoisse (jugulée thémestat je crois bien) de A.) – trois images du côté de Vancouver

la mer n’est pas loin, on s’occupe comme on peut – la toile chinoise et bleue (verte intérieure) utilisée partout sur terre je suppose – à l’entrée de village (c’est un village, on a précisé 259 âmes si je me souviens) cet affaissement (en vrai 246 habitants, Acme du côté donc)

allégorie du système de nos jours (notre société : les étudiants, les télétravailleurs, les vieillards, les enfants : que reste-t-il ? les 30/40/50 fringants et barbalakon ? costumés cintrés de bleu ?) j’aime beaucoup la troisième, elle aussi à l’entrée (il est écrit « propriété privée » sur le petit panneau noir à droite, sur le mur)

tout ça pour dire que les signes sur ces images manquent leurs cibles (il n’y a pas de cibles, il y a juste une façon d’être au monde) – de signe, il n’y en a pas eu, d’habitude j’en reçois (de plus en plus, l’envie et le désir de partir de ce rézosocio – on en parlait dans cette enquête du CLAN – à paraître j’imagine – à laquelle on peut toujours participer : ne pas hésiter trop longtemps, ça va fermer fin de mois), et ce manque revêt pour moi une traduction tragique (c’est que, comme pour A., j’ai peur et je crains pour S.) – image des fleurs que je portais parfois à TNPPI sans fréquence autre qu’une fois la semaine (les arbres, en entrée de blog, sont ceux du quai Voltaire où elle a vécu bien longtemps)

Share

2 Comments

    c’est qu’on a peur en silence pour X et B et beaucoup d’initiales

  • @brigiette celerier : sans trop de silence quand même (tenir bon) (courage à vous) (et merci du passage)

Laisser un commentaire