Pendant le weekend

1786 Dimanche deux Mai 2021

 

 

c’est calme, j’ai oublié – rien ne se crée tout se transforme – j’ai commencé la poste de Florence Aubenas reçu en cadeau d’amis chez qui ont a déjeuné (encore merci) avant d’aller manif – et Inyenzi ou les Cafards de Scholastique Mukazonga – on a marché dans les rues, on a été arrêtés à Saint-Ambroise deux heures – on s’est tirés bien avant avec le pébrok – une pensée pour Brahim Bouarram assassiné par les ordures à la marinelepen alors son borgne ignoble de père et elle qui continue ce chemin abject (le premier mai a revêtu cette teinte dégueulasse) (on manifeste sans doute, police partout dans leurs coques noires noires ainsi que les chemises ou les manteaux de cuir, cette fierté de jeunes gens à gerber) – les charges les coups les éclats les cris : dégueulasse –

bizarrement, lorsque les écoles sont fermées, la saloperie circule moins – dingue non ? – ah oui on se vaxine oui (croisé une connaissance atteinte d’une version atténuée du virus malgré le vax) – ça va sinon ? – dehors les invités des voisins s’en vont avec le couvre-feu qui vient de se  lever – fait peut-être un peu froid pour un mois de mai – prunus dernier épisode

plus ce bouquet (on m’aurais demandé j’aurais des pivoines) de paeonia parait-il

assez jolis (vous pouvez en disposer pour votre amie)

Bon dimanche

Share

2 Comments

    vous avez été plus premier mai que moi ! bravo (inquiétant cette histoire de l’amie, zut !)

  • Coïncidence : vendredi dernier, ma nièce « montée à Paris » (oral d’agreg de musique à préparer) m’a offert le livre de cette chère Florence Aubenas…

    Bon dimanche ! 🙂

Laisser un commentaire