Pendant le weekend

1825 Jeudi 10 Juin 2021

 

 

reçu par la poste superbe livre (on ne peut que remercier)

généreux drôle et simple – une vraie réussite (merci !!) (faire un mail) (préoccupé par la phynance – pas de réponse au mail aux jumelles : c’est bizarre, ce manque de sincérité) tu sais, vladje, les gens sont plus ou moins perdus – vers onze et demi ils hurlaient dans les rues – sans doute avaient-ils (et elles) recouvré quelque chose – cette image aussi

les cent mots d’eau postés, des retrouvailles au jardin (encore merci pour la revue de la Marelle)– bien aimé cette image un peu incompréhensible (on ne sait si l’athlète sourit ou souffre…)

(drôle de choix pour illustrer une championne du monde) (rarement le sport m’émeut, tu comprends) – probablement une femme, noire, vainqueure par ippon, non mais c’est juste un journal – ça va mal et ça dure, serrer les dents sans doute, je m’embrouille dans les dates, dans les rêves que j’oublie, j’ai l’impression de perdre pied mais j’aime assez nager au large (cauchemar oublié sûrement) – et enfin ce caméo (Archibald et Alfred, au fond d’un bus, du côté de Menton)

 

 

 

Share

2 Comments

    curieuse peut-être mais belle la photo de la championne

  • C’est drôle car me revient un souvenir, à propos de Hitchcock : souvent, je me demandais quel était le rapport entre le nom, assez répandu, des cinémas « Caméo » et le septième art.

    Il aura fallu qu’un jour je tombe sur un article recensant les apparitions du « maître du suspense » dans ses propres films pour comprendre cette appellation !

    (Belle photo repérée sur le dojo : j’a fait, jadis, du judo mais n’ai pas été jusqu’à la ceinture bleue.) 🙂

Laisser un commentaire