Pendant le weekend

1885 Lundi 8 Août 2021

 

 

 

 

il n’a plu que peu et la route était (pratiquement) vide (sur « pratiquement », on verra un développement dans « Nocturne indien » chapitre 8 si ma mémoire est bonne) – la pluie à l’arrivée, les ami.es qui débarquent, les difficultés les allers retours départs arrivées le froid et l’humidité et les travaux à venir

dans l’obligation de réduire le nombre d’images (surtout de billets je suppose) – la liste # L4 se termine (j’essaye de poster le bazar demain) (un apport de dernière minute, peut-être – non sûrement – ça n’en finira donc jamais) ; on va remettre sur le métier l’ouvroir indexical (ça ne se dit pas, probablement); faire des courses du ménage de la lessive de la mécanique du rangement écrire si en dit le cœur (mais je ne crois pas) marcher vélocipéder peut-être (ça ne se dit pas non plus) faire avancer le truc – hier soir en se promenant, cette charmante apparition curieuse du passage d’ectoplasmes

tandis que ses congénères n’en avaient que faire ou cure

j’éclaircis mais c’est en effet couvert – humide- frais – tandis que brûle l’Eubée de nos vacances (froid dans le dos)

bientôt les foins (sauf pluie)

Share

1 Comment

    oui très loin de l’Eubée (mais que c’est beau un cheval) – pour le reste, le programme admiration

Laisser un commentaire