Pendant le weekend

2205 Mercredi 22 Juin 2022

 

 

ce genre d’image me ravit (un type donne des papiers à un autre, fond de drapeau et dorures monarchiques, balance de la justice, lion stylisé (là il est coupé mais enfin) – deux hommes âgés (à gauche, il est de 39, à droite (bien à sa place) (aux deux trémas) : de 58) vêtus comme il faut dont l’un explique à l’autre que là il y a une faute de frappe une coquille ou quelque chose)

(j’adore) fait  beau hein (on est bien) (la guerre, l’ordure au parlement mais enfin) on n’est pas sorti fêter la musique (c’est tous les jours, cette fête-là) sur le parc (comme on dit) celui-ci fait sa gym (torse nu hein sinon c’est pas de jeu)

celui-là regarde à contre-jour

cet autre téléphone (les basketts de la fille assorties c’est important pour la course aussi – là elle marche c’est vrai)

enfin tout ça

toujours beaucoup aimé le parc – enfin toujours, depuis que je le connais soit le milieu des années soixante-dix – après son administration plus ou moins déliquescente, ses petit.es potentat.es fielleux , ses acteurices techniques hein, chacun voit ça de sa fenêtre

) ça a été fiscalo-administratif (pour prouver mon chiffre d’affaire (on n’a pas le cul sorti des ronces comme disait l’autre) en obtenant un sursis au paiement – cette galère totale depuis des mois et des mois – les dettes – le manque de turbin – comment veux-tu qu’on dorme ? ) à l’atelier un texte qui va dans le dur (le mutisme du lectorat a quelque chose d’affriolant, mais c’est égal j’y ai de (très) bonnes relations – une espèce de rézosocio réduit, une communauté (ce terme si galvaudé) – relu Dora Bruder avec à l’idée de reproduire un répertoire des noms cités – non mais fait beau sinon

 

une exposition de photographies (magnifiques, fatalement) de Josef Koudelka en maison[s]témoin

Share

2 Comments

    il a fait plus doux ici (relativement) mais gris morne et pluvieux juste après les flonflons venant de la place (moins obsédants que le craignais) aujourd’hui lourd et pluie et demain et… mais on a perdu sept ou huit degrés ouf…
    ma compassion sincère pour le cul dans les ronces
    et MERCI pour Koudelka

  • @brigitte celerier : merci pour la compassion (ça finira par s’arranger) bonne continuation

Laisser un commentaire