Pendant le weekend

Depardon, meilleurs voeux

Dans le film « Blow up » (Michelangelo Antonioni, 1966, palme d’or à Cannes en 67), le héros découvre dans des photos qu’il prend de paysages d’un jardin anglais les restes ou les témoins d’un meurtre. Le film court ainsi grâce à ces ombres qu’il découvre en développant ses photographies.

J’avais ce sentiment en pensant à cette exposition des photos de Raymond Depardon : il n’y figurerait donc que peu de monde, de gens… Une première tentative pour la voir avait été avortée. Nous en avions vu pourtant une autre.

C’est hier que nous y sommes allés. J’ai regardé, parce que je me disais préalablement que des photos sans personne sont un peu nature morte.

Je ne sais pas. Il y avait du monde : c’est que ce n’était pas une surprise, le photographe n’est pas comme le monde dans lequel il se sert. Ce type a et suit une éthique.

J’ai regardé, même les clichés sans personne nous parlent de nous. Grandeur nature.

La première salle est illustrée de nombreuses photos grand format.Des gens pourtant dans les photos. Partout, en réalité.

Dans le couloir qui mène à la seconde salle, des légendes.

La centrale de Phil.

A droite, quelqu’un.

J’ai aimé savoir que Walker Evans et Paul Strand avaient inspiré le travail de ce photographe extra, entendu dans le poste avant hier, en rediffusion. J’aime à savoir que ici, il voulait des images et pas des sons. A savoir que, lorsqu’il fallait partir, l’aventure était encore plus aiguë que lorsqu’il s’envolait de Roissy.

Et aussi, beaucoup aimé le fait de savoir que les trottoirs sur ces photos ne plaisaient pas aux élus auxquels, parfois, ces clichés étaient présentés afin qu’ils participent, ces élus, financièrement, à l’entreprise. Les conditions sociales de production.

Avec mon téléphone portable, avec la technique de mon ordinateur, j’en propose ici des vues. 



En sortant, des jeunes gens fumaient.

Pour que 2011 soit une année photographique, pour moi comme pour l’ami DP et notre projet, PdP.

C’est un voeu, nous sommes le 30, ce n’est pas trop tôt. 

A vous tous aussi, 2011 heureuse et chaleureuse.


Share

Laisser un commentaire