Pendant le weekend

Vingt cinq onze quinze

(j’ai mis un concert d’Aznav donné au palais des congrès -il aime cette salle je pense-il est de 24 jte ferais dire-ça lui en fait 91, des printemps, à lui-fait penser à Guédiguian en même temps qu’à Genève où vivait mon oncle et où on écoutait, en soixante et un, sa chanson « tu t’laisses aller » disait-elle) je suis quand même allé manger avec mon ami photographe D. -pizza merguez et un verre de pif, ça a été, je vous remercie- j’ai fait des lettres RAR parce que ça commence à suffire et que j’ai appelé LR (merci à lui, ainsi qu’à sa soeur) qui m’a dit appelle ton assurance, service juridique parce que ça suffit comme ça (il ne me tutoie pas, je reconnais, mais c’est tout comme), j’ai dit d’accord (je ne suis pas aussi contrariant qu’on pourrait le penser), et je suis allé travailler (personne c’était d’une tristesse)

métro 25 11 15(le type casquette gauche cadre -doit avoir dans les soixante dix piges-, va faire signe, taleur, à un petit black dans le métro d’en face arrêté à Barbès, le môme -douze ou treize piges tsais avec son casque sur les oreilles et son jogging capuche sur son bonnet enfin le kit- lui a fait trois gestes de danse en se dandinant un peu, puis a levé le pouce, le type a fait de même, sourires et les métros sont partis vers leurs destins -Clichy pour celui-ci) (ça c’est Paris stuveux de temps à autre)

Share

3 Comments

    ça c’est Parisjveux

  • du côté d’austère ?

  • @Dominique Hasselmann : le moral est à l’austère, oui, mais là c’est plus au nord…
    @brigetoun : ok…! :°))

Laisser un commentaire