Pendant le weekend

Quatorze neuf /deux cents mars

 

(demain on va aller manifester contre cette satanée loi travail – ni loi, ni travail putain – parce que c’est comme ça, mais ils vont nous refaire le coup du parcours et ça me fait braire) (j’ai sélectionné une photo pour CJ, on fait un ping-pong dans le garage de la maison(s)témoin si ça se trouve) (sélectionner est un mot que j’agonis : la photo m’est apparue ainsi qu’elle le devait au moment où elle me l’a demandée) (en attendant, je continue l’exploration de l’atelier #9 d’été et je ne sais pas où ça va me mener -je corromps légèrement les commentaires, mais on les ôtera s’il se trouve qu’il faille les publier hein – : je repose ici cette photo, où on voit l’un des domiciles connus de L. -une femme blonde au volant de sa voiture écrit un texto apparemment si j’ai bien vu – en bas bord cadre)

quai-ga-genans-titre1

(l’ordi envoie des signes de faiblesse, c’est à pleurer) (soixante deux piges aux p’lottes pour mon ancien camarade que je connais depuis qu’il en a quinze) je rapproche un peu le point pour montrer la mesure de notre vulnérabilité vis à vis de ces machines (ça me rappelle les avions qui quittent le sol vers 6 heures du matin, les machines se foutent des humains et les ont déjà domestiqués) (ces idées-là me viennent alors que je nourris ce livre d’images)

la-blonde-dans-son-auto

(elle me fait penser à Gena Rowlands – jl’adore – le rôle magnifique qu’elle défend dans « Opening Night » (John Cassavetes, 1977) est l’une des plus profondes réflexions sur le métier d’actrice – tout comme dans « All about Eve » (Joe Mankiewicz, 1950) celui tenu par Bette Davis)

Share

4 Comments

    un ping pong dans la maison témoin.. va falloir que j’essaie d’apprendre
    pour le 9 je ne sais pas si le billet perplexe d’aujourd’hui ne va pas être ma contribution (ou si le début ne va pas être à la base de ma contribution éventuelle… hors d’état pour le moment)
    mais je suis la contamination des commentaires (sourire)

  • Opening night ! Il faut absolument que je le revoie (Gena Rowlands, c’est irréel qu’elle puisse exister, non mais le bol qu’a cette planète que Gena Rowlands existe c’est fou) (on devrait tous se mettre debout et le dire à voix haute) (le garage, oui, c’est là je crois :-))

  • étonnant que ce satané robot (pourquoi lui prêter autant d’attention avec ses photos grand-angle complètement déformées ?) ne floute pas les personnages sur lesquels on peut zoomer…

    On pourrait passer sa vie sur Google et s’en remettre aux photos sans point – à tous les sens du terme – de vue.

    Inutile d’aller en vacances, de se promener quelque part, d’avoir le plaisir de choisir l’instant que l’on veut empêcher de fuir : tout est servi à domicile.

    C’est vraiment, ce système, une invention pour grabataires !

  • @Dominique Hasselmann : c’est la grande forme, dis donc…!!
    @cjeanney : j’ai vu dans le garage oui… chouette (et Gena, quelle merveille…)
    @brigetoun : pour le #9 on y va, on y va (mais sans passé simple, apparemment… :°))

Laisser un commentaire