Pendant le weekend

22 juin 1109

 

 

je suis resté sans image (Eddie Constantine alias Lemmy Caution, dans l’Alphaville de JLG – 1965)

je suis allé déjeuner avec A. (filet mignon frites, chardonnay) – cadeau d’anniversaire retrouvé dans la soupente (augmenté d’une série de cahiers du cinéma de la jeunesse – on lisait plutôt ça que positif) (la station d’essence de la Standard Oil des Parapluies)

à la télénetflix le télénetflixfilm de Martin Scorcese Rolling Thunder Revue (souvenirs de Desire, Hurricane, La Motte-Piquet-Grenelle et Palais Royal, petite vendeuse de violettes – assez garce cependant – Joe, et Sara, et une tasse de café en plus pour la route – et donc Léo et Richard – tout ce temps-là) accomplir sa destinée, croire en soi et se créer soi-même : la baguette magique de la grâce m’a évité – je continue mais on a débaptisé Orly Sud et Ouest – la même forfaiture qu’à la wtf RATP avec ses saloperies de lignes numérotées ses sièges pourris ses publicités immondes et son absence de toilettes – alors pour garder un peu d’espoir, une image fixe

puis deux (il parait qu’on a évité la guerre US/Iran, de peu, hier, mais ce n’est que partie remise – le peroxydé est simplement et complètement cinglé)

Avec mes compliments.

Share

2 Comments

    il faudrait lui trouver un point commun avec un dirigeant iranien comme avec le coréen (parce que quoiqu’on pense de lui, là il est arrivé en tout cas pour le moment à calmer les choses-

  • Mais alors, avec Netflix, tu contribues à vider les salles de cinéma ,

    La Jetée, de Chris Marker : à vois dans le noir. 🙂

Laisser un commentaire