Pendant le weekend

1643 mardi décembre 2020 8

 

 

 

 

à l’avance on n’en sait rien et on s’en tamponne assez allègrement – mais ensuite, ça prend forme et tournure

grecque ou quelque chose – jl’adore – le tour du pâté de maison (on dit block, merde!) avec les chiens, puis retour à la maison, rideaux tirés pensées pour l’autre abruti – est-ce que ça tourne à l’obsession ?  (impossible pour ce dernier mot avant le point d’interrogation de me souvenir : deux s deux autres s ? un accent sur l’é ? j’en sais rien) (y’a pas d’é) (un ami des mots

le truc  qui m’aurait servi en arrivant dans ce pays – a traversé l’incendie) une autre fois cette image de JK due à Benno pour le fun et se souvenir de Maria et de son amoureux

à Belleville tout est semblable, rien ne change vraiment – les bars sont fermés mais ouverts on boit toujours beaucoup de cafés, alors là les tasses sont en carton les gens sont debout (des types, beaucoup, des femmes passent se vendent, on vaque) – la maison sandwich (sans image) est ouverte  hors de prix – sept et mezzo non ça ne se peut pas non – le manège installé sur le bout de trottoir rogné sur le rond-point, c’est Noël comme on sait – ça bosse – ça saisit – ça téléphone ici là ailleurs – froid – on ne le reconnait pas bien (c’est vers quatre heures et demie, le jour tombe) mais c’est bien le JPBB

l’ombre sur la vitre, quelqu’un qui consulte son ordinateur – tou.tes dans la même position, la main sur la souris, penché face à face pour déchiffrer lire écrire, tout le monde ensemble, tou.tes d’un même geste d’une même posture d’une position idéale et ergonomique – c’est ainsi que nous sommes, c’est notre condition – marcher continuer avancer (le 8 c’est l’E dans l’O) (au fond le #1 (atelier dont j’entretiens tous les jours l’usage et la pratique) sera en trois temps, Norma, fauteuil, et l’autre – le triangle infernal – le mari la femme l’amant -ou le père la mère l’enfant – tu choisis comme tu veux) une image de la baie des anges pour finir (mal cadrée tiens)

Share

1 Comment

    ai tout oublié avec la dernière photo et l’envie de détendre mes muscles dans l’eau calme du port

Laisser un commentaire