Pendant le weekend

1822 Lundi 7 Juin 2021

 

 

j’ai beaucoup marché – je vais aussi encore, parce que j’irais à pieds, rue Eugène Varlin (mort fusillé le 28 mai 1871 – il avait 31 ans – socialiste et libertaire, commune quand tu nous tiens et salaud de Thiers (dont le prénom était Adolphe – qui veux dire simplement fils aîné, je crois cependant) petite exposition B2TS signalée par Caro D. (merci) – c’est là (si on me disait que B2TS habite faubourg Saint-Martin, je ne serais pas plus étonné que ça)

j’irai voir – vu que Michel Valensi republiait à L’Éclat L’empreinte que je vais me procurer – pas lu (je continue mon « vivre » illustré : ici une image

j’adore) – obituaire Raymond Gurême nous a quitté

j’ai quelque chose parce que gadjo sûrement avec les types de ce genre (je veux dire manouche) – je livre la notice

je suis retombé hier sur quelques 807 de Maryse Hache (elle s’intitule vladje et j’aimerai bien en comprendre le sens, (un mot à elle peut-être) je vais me renseigner et adopter ce pseudo – il y avait je ne sais plus trop qui, j’ai oublié (peut-être Shangaï confidential possiblement) qui avait à l’adresse du lectorat un « mon vieux » assez sympathique – bon, pour le reste, chacun sa vie) – arrivé aussi par le rézoscio

en provenance directe (plus ou moins) de Marseille – (#371) – (merci à Anne Savelli)

samedi deux expos
dont l’une très sympathique de l’ami muraliste Jean-Marc Paumier au centre d’animation Angèle Mercier boulevard Sérurier (j’en ferais un billet bientôt mais les images ne sont pas réussies) (complexe photographique probablement) on en parlait justement en début de billet, ici Eugène Varlin

et une autre (accès libre toutes les deux – celle des dessins des héros de la Commune, par JMP, est malheureusement fermée) à Beaubourg avant la fermeture de la grande maison pour 4 ans (paraît-il….je ne suis pas certain d’en voir la réouverture) d’Abbas Kiarostami (extra : à ne pas manquer)

un autre billet peut-être – on a été écouter Vinciane Despret (jl’adore) discuter le bout de gras avec Alain Damasio (lui aussi) (c’était très intéressant, très agréable de voir des gens maxés, des gardiens de musée avenants et cools, des gens qui pensent – ça existe donc encore – mais bien sûr que oui)

on aurait pu y croiser les Clemente, on y a croisé le Topalian (salut à vous) – tout le monde (sauf les intervenants, qui avaient leurs oreillettes/microtées) équipé de ce dispositif (j’ai tourné l’image pour maxer la marque)

« dieu sait que je n’ai pas le fond méchant/que je ne souhaite jamais la mort des gens » chantait le poète : je pourrais reprendre à mon compte, ainsi que le « vladje » de Maryse ces quelques paroles – cette façon d’isoler les gens, pour mieux les capturer et focaliser leur attention m’est apparue – j’avais l’impression un peu poisseuse de me prêter à un rituel tellement contemporain (et tellement outrageant) (en réalité, indigne) – j’aime les causeries mais si le public ne peut pas la ramener, je ne vois pas l’intérêt tellement (on va arguer de la pandémie ou de conneries dans ce genre, le max, le gel, le vax, les chiffres et le nombre des morts et le variend et tout ce qui s’ensuit, je sais, merci) (fuck off) (jte parle même pas du coût de cette affaire-là parce que ça jettera au moulin des imbéciles pas mal de flotte) (la manifestation avait aussi pour titre « le parlement des liens » et (dieu sait que je ne souhaite jamais la grande panne) j’ai éprouvé une espèce de dégoût cependant) – avec mes excuses.
Ici cependant, dédié au monde croisé (et à vous, évidemment)

 

 

 

 

 

Share

6 Comments

    pas mal de sentiments partagés (mais êtes trop jeune pour le « je ne sais pas si je verrai cela » même si, vous savez, cela donne une petite nostalgie anticipée pas si mal que ça)
    mais merci pour ces belles rencontres (et souvenirs)

  • @brigitte celerier : qui peut savoir ? (personne, non, mais c’est qu’en « vivre » j’avais au début décidé qu’à plus de soixante-dix, point de salut – dans quatre jours, je tape 68, vous comprenez) (en un sens et comme jamais, le temps presse) :°)

  • Beaubourg (Piano, pourtant…, et Rogers !), ça échappe à tes fulminations architecturales ?

    J’aimerais aller revoir quelques films de Kiarostami qui manquent à ma collection mentale, même si lui, je l’ai vu… en vrai un jour (chez « Colette », rue Rambuteau, pas loin du lieu où repassent ses œuvres !).

  • @Dominique Hasselmann: sais-tu exactement ce que te disent mes fulminations architecturales, ami ? Beaubourg j’aime bien (c’est en ville déjà – les tours des bords de porte à Paris sont une abominations, voilà tout) – tu devrais te transporter là-bas, l’expo est vraiment bien(beaucoup d’extraits de films et de photos magnifiques)

  • Ah ben voilà !!! Et depuis l’atelier sur la ville il y en a eu des changements dans la rue, dingo comme 11 ans ça passe vite

  • @caroline D: trop speed…!

Laisser un commentaire