Pendant le weekend

1931 Vendredi 24 Septembre 2021

 

 

 

on ne cesse d’être en retard (après une accalmie du côté financier, les choses se dégradent- vitesse grand v comme on disait) on ne parle jamais que de la veille (dans le même moment, on ne dort pas non plus) (deux du) s’étonner de la fatigue ensuite – café TEC en 3 coups de cuillère

à pot (on disait) – au café l’après midi avec E.et L. qui s’en vont vers 6 si j’ai bien compris – je me suis remis à ma réponse

rien trouvé de spécial dans les spams (trois cents euros de charges à payer…) (sans doute vais-je me fendre d’une lettre au ministre des finances) (je ne vois pas qui d’autre) – le plombier (grand noir parfumé genre gonflette bâti en Y gentil au demeurant) a passé un coup de furet dans les tuyaux (très angoissé quand même – depuis toujours « manque d’argent comme la vie c’est détergent et comme ça nettoie les gens  » – les entretiens de Jipé au Castor sur ce sujet – toujours pas de possibilité d’acheter des livres en numérique) – continuer

sans nouvelle du sanaryote (un salon de coiffure nouveau Olivier Métra cependant

appellation d’un goût douteux (décomplexée je suppose) – la première fois que j’ai entendu ce mot, ce fut de Simone Mussard l’interrogeant, avec mon amie M. pour melico – il y a bien dix ans de ça – lupanar en est un synonyme poétique) (on fait sans doute ce qu’on peut) (on ne fait même que ça) (nombreuses aigreurs) – faut que je bosse – ici cependant un basilic en grande forme

(l’index des dispersions est achevé) et un olivier aux vingt cinq fruits (à l’arrière plan un autre basilic en grande forme)

boycott des cinémas à cause du paxanitaire – image magnifique (légende du canard : Une éolienne en construction est photographiée au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), le 21 septembre 2021. 

et pour le reste, le soir et la nuit et la lune – le raccourcissement des jours m’effraye de plus en plus – (un rien m’effraye, il faut bien le reconnaître) –

 

Share

Laisser un commentaire