Pendant le weekend

Piet

Juste.

Exact.

Vrai.

Simple.

Si doux.

Rue du Départ, au 26, dans le Montparnasse Monde d’alors.

Je ne sais ce que je préfère, à Beaubourg, est-ce l’intérieur

ou l’extérieur ?

Les images de celui qu’on appelait Pompe, ou Pompide…

Ce que je hais, vraiment, c’est que, par exemple, l’accès à la terrasse soit réservée aux personnes qui vont boire un verre au bar, ce que je déteste, ce sont ces soliflores à une rose rouge, ce que je déteste c’est cette arrogance de l’argent et de la cupidité… Même si ces toiles magnifiques… Même si ces couleurs que je retouche, même si ces gens,

j’aime savoir qu’on apprend

tout en ne sachant pas quoi, juste cet équilibre, peut-être,

ou cette exigence

je ne sais pas, l’entre deux-guerres, cette époque du surréalisme (je lis « le jour où Gary Cooper est mort », de Michel Boujut, où on voit Breton, et sa « crinère blanche » dans une galerie du quai Voltaire, au 25, ces souvenirs…), ce que ces toiles aident à supporter l’insoutenable pourtant des guerres, de cette nature qui tue, comme cette centrale nucléaire japonaise, ces guerres et ces morts, aujourd’hui ces images, toutes ces images…

Piet Mondrian, ses amis, Kertèzs

Michel Seuphor, Ernst, j’aime ces photographes.  

Share

2 Comments

    Le 22 mars, un jour de mouvement.

    J’ai vu cette expo avant toi, je crois, mais les tableaux sont demeurés les mêmes : le succinct des commentaires leur va bien.

    Et le panorama sur Paris est décidément imprenable (sauf en photo).

  • @ LCC : pour le 22 mars, on verrait ce dont nano1© serait capable, si l’histoire bégayait… (les tableaux de Mondrian : calme et volupté…) Merci d’être passé Dominique

Laisser un commentaire