Pendant le weekend

B2TS Sadi-Lecointe 1

 

B2TS (back to the street) une série pendant le week-end (le dimanche surtout) de photos présentant des photos elles-mêmes collées sur un mur (au début, il ceignait l’hôpital Saint-Louis, rue Bichat; puis vint Léon Jouhaux, puis d’autres lieux encore (Château-Landon, rue Louis Blanc) et d’autres encore – j’ai oublié (pas le lien). Ici, dans le 19, la petite rue va de Simon Bolivar à celle de Meaux, après un léger coude. 

Une école primaire qui fait un coin, cinquante mètres à tout casser (il en est une aussi à Reims dit la carte) (c’est une carte automatique et évoluée : elle dispose d’images de ce rues, je ne pose que celle de Paris) image de mars 2020 sous la pluie plus ou moins

il n’y a que quatre reproductions – aujourd’hui il en est une douzaine – en août 2019 aucune

ce sont peut-être des preuves (en août, les travaux des Parisiens – est-elle parisienne ?) (peu importe – allez) deux (ou trois) épisodes des pérégrinations de B2TS (jte dirai que je suis assez content d’en voir – il y  avait au mur mitoyen de la librairie orange du quai de Valmy une exposition d’une cinquantaine de cadres – pléthorique et profuse, ça m’a un peu écœuré – Paris en ces jours de décompte des morts (aujourd’hui 58) dues plutôt à la maladie a quelque chose de terrible, une vraie terreur même, une espèce de passion – éhontée, déhanchée, (wtf nano1 dirait « décomplexée ») presque obscène pour la consommation) – c’était avant-hier matin, entre la pharmacie et le vrac de Secrétan – une exposition d’images de mômes

on en a déjà vue certaines (probablement donc, les 4 premières)

collées là

(que ma joie demeure) (parfois, bien je ne sois pas exégète de ces œuvres, je me dis qu’un signe de ce type d’artiste me ferait du bien – Da Cruz, un jour, posa un commentaire, je me souviens)

(adorables) (je pourrais dédier les photos gémellaires à mes sœurs, pourquoi pas ?) (c’est probablement un effet du midinet – ce dégoût qui m’avait pris après la tentative d’intégrer la rue Rollin (Louis Lumière) pour le cinéma) (je suis embarrassé de moi-même très souvent, mais j’oublie – le dimanche, pendant le week-end et son feuilleton)

(dommage pas le point : je la referai, elle doit sourire je pense) (j’aimerai savoir le nom de la station) (je garde le port des bras) – je n’en pose que six

voilà, oui, le truc est daté –  une petite rue de Paris

dédiée à Joseph Sadi-Lecointe aviateur et résistant, mort des suites de la guerre en 45 – dans les années 20 du vingt et unième siècle de cette ère

La suite dimanche prochain

 

 

 

 

 

Share

4 Comments

    plaisir renouvelé (la curieuse impression que c’est la même attendrissane petite personne sur les deux dernières)

  • @brigitte celerier : c’est ce qui est bien avec le flou, les impressions qu’il peut donner…

  • Il est vrai qu’il y a un côté « Petit Poucet » dans ce semis de photos que l’on découvre parfois au détour d’une rue.

    Je suis d’ailleurs toujours autant étonné qu’elles soient si peu taguées ou vandalisées : l’art vrai impose le respect, non ? 🙂

  • @Dominique Hasselmann : peut-être… mais il arrive que certaines de ces images encadrées soient remplacées (je crois pas mal à Saint-Louis – un peu à Château-Landon aussi – et elles sont très souvent vandalisées ou volées) (désolé) (et désolant…)

Laisser un commentaire